De nouvelles traces pour le ski de fond

Article de Bertrand Lebert, le 28 jan, 2008

L’offre neige doit son évolution à un certain nombre de facteurs. Le facteur immédiat est celui de « bonne saison ou saison morose », traduction « frein ou accélérateur ».
Mais tout n’est pas aussi simpliste, heureusement ! Un aspect non négligeable et souvent ignoré est le travail réalisé sur « le terrain » ; il permet de sentir et de percevoir les bons indices de changement, directement auprès de la clientèle. De ces bons indices découle la mise en place de dispositifs « ou plans d’actions » pluriannuels, destinés à engager une évolution qui ne soit pas qu’un « effet de communication ».

Focus sur une activité en pleine mutation : le ski de fond.

Le ski de fond est porteur de valeurs qui prennent aujourd’hui tout leurs sens : effort, « c’est bon pour la forme et la ligne ! » ; nature et grands espaces, « de belles traces au milieu de clairières et de plateaux enneigés » ; aménagements légers, « des pistes sans infrastructures lourdes et remontées mécaniques » ; des prix doux et adaptés aux familles… Des valeurs pas si éloignées de celles du développement durable ?

Et le ski de fond a ses adeptes ! Sportifs qui filent comme le vent en « skating », promeneurs contemplatifs en double trace pour bavarder tout en glissant, amateurs de grandes traversées… sans oublier, les enfants et les collégiens ! Depuis toujours, des milliers de juniors viennent découvrir les joies de la glisse dans le cadre de sorties scolaires. Certains sites comme le Grand Revard (73), le Semnoz ou les Brasses (74) ont adaptés leurs infrastructures.
 
Souvent considéré comme une activité mineure complémentaire – et parent pauvre – du ski alpin, le ski de fond, a bien du mal à « décoller ». On estime qu’il n’a pas les mêmes capacités à générer une économie, et ne peut guère ou difficilement bénéficier de l’appui dynamique des collectivités publiques et du soutien des investissements privés.
 
Une fréquentation faible avec peu de nouveaux pratiquants.
Et oui, c’est un « vrai sport » qui nécessite de vouloir se dépenser ! Malgré les apparences, acquérir la « glisse » demande un peu de technique. Quelques séances d’initiation ou de perfectionnement permettent de trouver les bons mouvements… et de faire du « ski plaisir ». Ne serait-ce pas une des raisons qui a conduit une part non négligeable de pratiquants à s’orienter vers la raquette à neige ?

fond 2« Nordic Attitude » !

Le ski de fond, en changeant son appellation pour « ski nordique » serait-il dans une nouvelle « posture »? Ne pourrait-il pas devenir le symbole d’une activité en montagne respectueuse de valeurs ? Sans doute ! Il y a sûrement un enjeu car l’esprit nordique existe bien. Cependant, il reste à le faire partager, à élargir l’offre, et la rendre mieux adaptée aux loisirs. Celle-ci ne doit pas se cantonner au ski nordique mais doit prendre en compte les espaces naturels et permettre des activités diversifiées, accessibles à une clientèle plus hétérogène.

Ainsi, en Haute-Savoie, sous l’impulsion de l’association départementale « Haute-Savoie Nordic », un travail important est mené afin d’ouvrir l’activité à de nouveaux pratiquants. Si la communication évolue, c’est vers l’offre des sites – une trentaine – qu’une nouvelle approche est encouragée : considérer les espaces nordiques comme des espaces de loisirs proposant une palette d’activités. Le ski nordique bien sûr, avec des pistes plus soft. Mais aussi le biathlon, avec un matériel laser qui permet une utilisation sans danger, ou l’initiation aux traîneaux à chiens… L’accueil est un élément important qu’il ne faut pas négliger : conseil et encadrement, location de matériel, salle hors sac, petite restauration…

Dans le cadre de partenariats réussis entre villes et montagne, quelques sites se sont engagés avec succès dans cette voie.

Bertrand Lebert 

Photos : © Pascal Lebeau 

  1. 4 commentaires pour “De nouvelles traces pour le ski de fond”

  2. par CHAUMAZ, le 1 fév 2008| répondre

    serait-il possible d’avoir plus de renseignements sur les sites qui se sont engagés dans un partenariat entre villes et montagne ?
    Merci
    Corinne Chaumaz (voir email au dessus)

  3. par CHAUMAZ, le 8 fév 2008| répondre

    Bonsoir,
    j’aimerais obtenir plus de renseignements sur les expériences qui ont été menées en Haute-Savoie dans le cadre de partenariats entre ville et montagne. Nous habitons un canton à la géographie typique, ville industrielle en fond de vallée et stations de ski alpin sur les versants. J’imagine un partenariat (notamment à destination des enfants) entre les structures culturelles et sportives du bas de la vallée et celles du haut qui, si elles n’ont pas de grosses infrastructures, ont la possibilité d’offrir des activités de plein air. J’aurais donc voulu connaître quels organismes publics ou privés sont intervenus dans vos expériences.

  4. par Magali ALBERT, le 25 fév 2008| répondre

    Un exemple de diversification …pour vivre l’hiver d’une autre façon !

    Dans les Alpes du sud, l’opération « Traces douces » animée par l’association Hautes Alpes Ski de fond, consiste à expérimenter des offres de découverte alternatives au ski de piste, autour des pratiques hivernales « douces » telles que la raquette à neige, le ski de fond ou la marche.
    L’objectif général du projet est d’aider à structurer et diversifier une offre touristique hivernale innovante, de contribuer à la promotion du territoire et de favoriser la professionnalisation des acteurs.
    Soutenus collectivement par le programme européen Leader +, Le Queyras, les Ecrins et le Dévoluy se sont associés dans cette opération pour formuler des propositions originales de découverte.
    Au final et en s’appuyant sur quatre sites nordiques des Hautes Alpes, les socio professionnels et les partenaires institutionnels ont concocté une palette de produits pour mieux découvrir et appréhender le milieu hivernal et le patrimoine qui nous entoure.

    Découvrez toute la programmation « Traces douces » sur ce site web : http://www.traces-douces.eu

    Pour plus d’infos contactez Hautes Alpes ski de fond au 04.92.20.15.09nn1

  5. par bertrand lebert, le 3 mar 2008| répondre

    réponse à Chaumaz
    ces initiatives entrent dans les actions de la Politique Montagne du Conseil Général de la Haute Savoie qui encourage et soutient des actions à destination des juniors « savoir skier » et des aménagement des sites nordiques.

Ecrire un Commentaire